Un crédit pro pour une TPE/PME, comment ça fonctionne ?

Qu’elle soit en phase de création ou de développement, une entreprise exprime des besoins financiers. Parfois, ses propres capitaux ne sont pas suffisants. Elle doit alors recourir à d’autres modes de financement à l’instar du crédit professionnel. Voici les caractéristiques de ce type de prêt.

Un crédit professionnel, pour quoi faire ?

Dédié aux entreprises et professionnels exclusivement, le prêt professionnel permet de répondre à plusieurs besoins à commencer par ceux en équipements. Pour fonctionner dans des conditions optimales, une entreprise doit avoir un minimum de matériels à savoir des fournitures de bureau, des mobiliers de bureau, des ordinateurs ou encore des matériels d’aménagement des locaux. Les matériels concernent aussi les machines de type engins de construction. En général, ces derniers coûtent cher et leur achat par les capitaux propres de l’entreprise risque d’entraîner une baisse d’activités.

Dans un second temps, le prêt permet de répondre à un problème ponctuel de trésorerie. Lorsque l’entreprise n’a plus assez de liquidités pour régler les salaires et la rémunération de ses fournisseurs, elle peut éventuellement recourir à un crédit le temps de retrouver un équilibre financier.

Enfin, le crédit professionnel aide une entreprise à faire des investissements immobiliers en construisant de nouveaux bureaux ou entrepôts ou en rénovant ses propres locaux.

Les grandes familles de crédit pro

Les crédits professionnels se déclinent en deux grandes catégories : les prêts classiques bancaires et ceux spécialement créés pour les professionnels.

Dans la gamme des crédits classiques figure le prêt amortissable au schéma classique. En contrepartie d’un montant d’argent, l’entreprise verse des mensualités pour le rembourser suivant un échéancier fixe. En parallèle, il existe le prêt renouvelable connu également sous le nom de crédit permanent. Il permet de bénéficier d’une certaine somme d’argent de manière permanente qui se renouvelle grâce aux remboursements réguliers. Sinon, comme pour les particuliers, les entreprises peuvent bénéficier d’une facilité de caisse qui est un découvert autorisé de 15 jours ou plus classiquement, un découvert qui se différencie de la facilité de caisse par sa durée supérieure à 15 jours.

Dans la catégorie des prêts adaptés aux professionnels s’inscrit l’affacturage. Cette solution consiste à céder une partie de ses créances à une entreprise d’affacturage appelée factor. En contrepartie, ce factor verse le montant des factures à l’entreprise. L’affacturage permet ainsi à un professionnel de renflouer sa trésorerie sans attendre le paiement de ses factures. Si jamais, cette pratique n’a abouti à rien de concluant alors que l’entreprise a par exemple besoin de financer l’achat de nouveaux matériels, il peut tenter le crédit-bail. Réalisé avec un organisme bancaire, ce leasing a pour but de mettre un bien à la disposition de l’emprunteur qui s’engage en échange à verser un loyer. Mais pour tirer profit de cette pratique, il faut trouver la meilleure offre. Heureusement que simuler un crédit pro, c’est possible.

Attention, une entreprise est soumise à des critères d’éligibilité avant de pouvoir profiter d’un crédit professionnel. En plus d’assurer la crédibilité du projet, elle doit être solvable et présenter un business plan reposant notamment sur une analyse du marché et de la concurrence ainsi que sur le positionnement stratégique du projet et ses objectifs.

Écrit par Axel le dans L’entreprise

Partager sur les réseaux

Poster un commentaire

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : 9rpu7d49j6